jeudi 21 février 2013

Intime naissance

Nous sommes dimanche 10 février 2013, alors que Pater Bienheureux est parti coucher l'enfant, je me prends mon appareil photo pour immortaliser mon ventre rond, que je trouve bien bas ce soir.
Quelques minutes plus tard, je me pose devant le poêle à bois et je sens un liquide s'échapper. Bizarre. J'en informe le Pater à son retour, qui me demande si je souhaite appeler Jack, ma super sage-femme pour lui "demander" ce qu'il se passe: est-ce une fissure de la poche des eaux? Faut-il que je me prépare à accoucher à presque trois semaines du terme?

Je me sens bien, absolument pas stressée par cette perte, car je suis loin de m'imaginer que ce sont les prémices de la naissance de mon deuxième bébé! Pater n'est lui pas serein, je lui dis donc d'appeler la sage-femme pour qu'elle puisse le rassurer. Nous discutons par téléphone. Jack nous dit que ça peut être une fissure de la poche des eaux ou pas. Si c'est le cas, à chaque mouvement du bébé ou des miens, du liquide apparaîtra. Ah tiens, une nouvelle perte. Pater s'active sérieusement, rappelle la sage-femme pour lui demander si nous pouvons nous préparer à accoucher à la maison ou bien s'il faut prévoir l'option chu tout de suite. J'en suis à 38 semaines, si bébé arrive, il n'est pas prématuré donc aucun soucis pour une naissance à la maison. Ouf !
Mais Pater prépare tout de même en speed un sac pour la mater au cas où, il en profite pour sortir le matériel pour la naissance: il installe un matelas futon devant le poêle à bois, sort la ballon, des couvertures, nous voilà parés au cas où. Au cas où des contractions pointeraient car à cette heure (il est 21h30), à part ce liquide, point de signe de naissance imminente !
Nous décidons donc de passer notre soirée devant un bon film, ça fait longtemps!

A 23h30, je sens une légère douleur quoiqu'un brin virulente dans le bas du dos alors que mon ventre se contacte. Tiens une contraction, la première. Là, on se dit qu'on y est que dans quelques heures bébé sera des nôtres. Et ça nous fait rire parce qu'on ne s'y attendait pas aussi vite, aussi tôt !
Comme je me prépare à un accouchement un peu plus long que celui de Bienheureuse, qui à l'époque, m'avait semblé bien rapide. Je me dis qu'il est sage que nous allions nous reposer avant la tempête. Il est 23h45 et sans transition, j'ai des contractions toutes les 10 minutes, qu'il nous est possible de gérer allongés, moi en respirant calmement et profondément, Pater en exerçant des pressions dans le bas du dos. C'est douloureux mais supportable. Mais à 1h30, je sens qu'il est temps pour moi de me décider.... Je pourrai rester ainsi longtemps, et je sais qu'un à moment il faut se décider à se lancer. 

Nous sortons donc du lit pour rejoindre le salon. Pater me demande s'il doit appeler Jack, je réponds d'abord que non (toujours persuadée que cet accouchement va durer des heures); avant me revenir sur ma décision car nous sommes forcés de constater que les contractions se font plus fréquentes, disons toutes les 1 à 2 minutes. J'ai froid, très froid, je tremble, je ne contrôle plus ces frissons qui m'envahissent et me dispersent de ma concentration. J'ai du coup très mal, je ne respire plus calmement du tout. Je sais, je sens qu'il faut non plus résister mais se laisser aller. Ce cheminement va très vite dans ma tête. Et c'est grâce non pas à ma raison mais aux doux mots de Pater que je me recentre. Je me laisse aller au creux de ces vagues immenses, "drôlement" plus fortes que lors de la naissance de Bienheureuse. C'est fort, mais je m'accroche à l'idée que j'accompagne mon bébé. C'est fort et je ne sens pas les effets planant des hormones (en même temps, ça tombe plutôt bien car pour l'arrivée de Bienheureuse je me sentais comme droguée tellement ils avaient été forts, ces effets planant des hormones!). 
Très vite, ça pousse et je sens la tête de mon bébé. En moins de temps qu'il n'en faut nous réalisons que c'est seuls que nous allons accueillir notre bébé. Jack n'habite qu'à 20 minutes (porte à porte), mais c'est maintenant que bébé veut nous rencontrer et c'est dans la plus grande sérénité et le plus grand calme que nous nous préparons à cette naissance particulière. Pater me découvre car j'ai d'un seul coup très chaud ! Une poussée et voilà que bébé glisse. Pater le rattrape pour bien vite me le donner. Je jette un rapide coup d’œil sur mon bébé, c'est un garçon ! Je me dépêche de prévenir Pater, qui prend juste le temps de nous couvrir tous les deux, tout en douceur avant de s'installer avec nous. Ça y est, tu es des nôtres petit bonhomme. Je te serre contre moi et ton père me serre contre lui. Je jette un rapide coup d’œil à l'horloge, il est 1h50.

J'aime immédiatement ce moment suspendu. 
J'aime ta venue au monde.
J'aime t'avoir accueilli avec ton papa.
J'aime la confiance que nous avons eu en la vie.
J'aime la douceur que tu nous apportes immédiatement.
J'aime l'étonnement de notre premier regard échangé.
J'aime la force tranquille dont ton papa, mon amoureux fait preuve.
J'aime, j'aime, j'aime ma sérénité ! 


Quelques minutes plus tard, Jack fait son apparition, heureuse et surprise de nous découvrir si vite trois ! Elle est aussi douce que possible et se fond dans l'ambiance que nous avons créé... Elle ne restera que deux heures à veiller sur nous, sentant que nous sommes sereins, heureux et fatigués. Juste le temps de comprendre et de vérifier que tout va bien pour toi. Elle reviendra bien vite le lendemain.

Nous passons la nuit tous les trois sur le futon, devant le poêle à bois, là où tu es né petit M. C'est heureux, surpris et fiers que nous nous endormons les uns contre les autres. Un peu avant le réveil de ta grande sœur, nous regagnons notre chambre. Et vers 8h, un moment surréaliste se produit: Bienheureuse rencontre pour la première fois son petit frère. Et c'est dans la joie, les sourires et les tendres caresses du matin qu'elle t'accueille à son tour. Je crois qu'elle est heureuse d'enfin te découvrir (elle a 15 mois et on lui parle d'un bébé à venir depuis 7 mois, autant dire une éternité).

Bienvenue chez nous petit bébé !


4 commentaires:

  1. Magnifique, émouvant, sensible.
    Merci de ce joli récit et encore une fois toutes mes félicitations à vous.
    Bravo au pater bienheureux pour son calme, sa bienveillance et sa force dans l'action.
    Bravo à toi, maman bienheureuse pour ta confiance en toi et en la vie, pour ce lacher prise si particulier de la naissance.
    Je suis ravie pour vous que tout ce soit passé comme vous le souhaitiez, peut etre pouvons nous même dire, mieux que vous le reviez.
    Des bisous à vous quatre.
    Nadèle

    RépondreSupprimer
  2. pfff un témoignage chargé d'émotion
    j'en pleure
    merci de partagé ce moment magique qui donne envie (j'avoue)
    en tous cas félicitation a vous deux et bienvenue Marien

    RépondreSupprimer
  3. Et voilà, j'en suis encore toute émue de lire le récit de cette naissance si particulière mais si sereine...J'admire votre calme, votre amour, votre confiance
    Encore toutes mes félicitations et bienvenue à la vie joli Marien !

    BIsous à tous les 4

    Pauline

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le partage de ce tendre moment

    RépondreSupprimer