samedi 2 mars 2013

Aie confiance ...

... ou l'histoire d'un deuxième allaitement.

Je ne reviendrai pas dans ce post sur l'allaitement vécu comme chaotique de ma Bienheureuse: mise en route difficile, bébé qui n'arrive pas à téter, maman fatiguée et très angoissée, bébé qui ne prend pas de poids et ne fait pas de caca, qui pleure, n'est pas si éveillé qu'elle devait; bref tout "ça", nous a conduit à un allaitement mixte aux 3 semaines de ma Chouquette. J'ai vraiment vécu cela comme un échec, ne pas réussir à nourrir mon bébé c'était mettre en cause mes capacités à être mère.
Avec le recul, je parviens à me dire que j'ai finalement allaité mon bébé, certes différemment de ce que j'aurai souhaité, mais j'ai réussi malgré toutes les difficultés et à m'acharner au-delà de la raison (ça j'arrive à le dire parce que j'ai un début de deuxième expérience).

Avant la naissance de l'asticot (qui n'a pas encore de pseudo officiel), je m'étais préparé à un nouvel allaitement; préparé avec mes sage-femmes (en leur demandant d'être particulièrement attentives à la première tétée et d'être à l'écoute de mes doutes); préparation grâce aux bouquins. Je n'ai éprouvé aucune difficultés lors de la fameuse première tétée: bébé et moi étions à l'aise l'un comme l'autre tout l'un contre l'autre. Les tout premiers jours, les doutes ont commencés à m'assaillir au point de ne plus faire confiance, ni à moi, ni à mon bébé. Ma sage-femme a une fois de plus tout mis en œuvre pour me rassurer. Puis il y a surtout mon bébé qui prend du poids, fait pipi et caca, est tout attentif quand il est éveillé, bref, c'est surtout lui qui me rassure et me donne chaque jour confiance en cet allaitement. J'ai encore des doutes, quotidiennement, j'aimerais être plus sereine, plus relaxe, me dire que c'est bon, nous avons franchi les premières difficultés et que l’allaitement est en route, mais ce n'est pas encore ça. Je reste angoissée quand mon bébé se fait peser toutes les semaines, pourtant je sais que mon bébé boit mon lait, je le vois, je le sens, je l'entends mais il n'empêche...


Demain, cela fera trois semaines que cette histoire a débuté, je sais que le premier mois de l’allaitement c'est le bordel, qu'il faut que tout cela se mette en place. J'espère bientôt atteindre notre rythme de croisière et arrêter de paniquer comme une stressos de la vie, croyez-moi ou non, mais je suis sans cesse en train de vérifier que j'ai du lait ;) Alala, l'allaitement quelles histoires pour moi !


... ou l’histoire d'une deuxième maternité

Face à ce manque de confiance, il y a aussi une très jolie histoire qui s'écrit: la vécu de ma deuxième maternité, qui n'a rien a envier à la première car c'est tout à fait différent !

Pour Bienheureuse, j'ai immédiatement été envahi par un amour gigantesque, jamais auparavant je n'avais eu envie de donner autant d'amour, d'attention, sans compter, sans rien attendre. J'ai trouvé ça tellement beau que je ne me suis pas sentie dépassée par ce trop plein d'amour (alors que je l'étais). Le lien, l'attachement n'a jamais fait défaut, tout était inné avec ma Bienheureuse. Mais il y aussi eu pas mal d'angoisses de jeune parent à affronter avec mon aînée, j'étais sans cesse dans le questionnement (peut-être que tout cela n'était finalement lié qu'à mon allaitement?), le doute et aussi un peu le débordement émotionnel.

Avec mon petit Chouquet, c'est tellement plus serein et bon sang que ça fait du bien !!!! C'est chouette de se sentir plein de bonheur léger, de ne plus se poser de millions de questions à la journée. Bien-sûr, nous ne sommes pas devenus des parents parfaits en moins de 16 mois mais on est zen ! On a essuyé toutes nos angoisses sur notre Bienheureuse (la pauvre, comment s'en sortira-t-elle avec ce bagage?). Quant à la relation, elle se construit au jour le jour, l'amour maternel est là, évidemment ! J'aime mon bébé, j'aime sa manière d'être, ce petit mammifère me fait fondre, moi, son papa et aussi sa grande sœur. Sa douceur extrême a rétablit un équilibre dans notre famille, qui il faut bien le dire était un peu trop centrée sur ma Bienheureuse (enfin c'est surtout moi qui était complètement centrée sur mon bébé).

Alors à toutes celles et ceux qui se posent des questions quant à l'idée d'avoir un deuxième enfant, un seul conseil "Foncez", une deuxième maternité c'est autant d'amour que pour l'arrivée d'un premier enfant le stress en moins, bref c'est que du bonheur !!! Vive les bébés !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire