dimanche 10 mars 2013

Là où commence mon intimité...

Vendredi soir, je me suis rendue à la grande ville à une réunion d'échange sur l'accouchement à domicile. Et j'ai goûté à une drôle d'expérience ce soir là. Alors que nous commencions la réunion par un tour de table où chacun parlait de son expérience ou souhait d'aad, je me suis surprise à me présenter de la façon suivante:
"Je m'appelle Cha'Mam (ouais c'est presque mon vrai prénom), je suis la maman de deux enfants nés à la maison avec Jack & Li (ici présentes) dont le second s'est déroulé sans la présence de la sage-femme arrivés quelques minutes plus tard..." je m'arrête ici pour ma présentation car c'est sur cette dernière partie que je me suis surprise.
Certes, j'étais dans un cadre bien précis, je me sentais en confiance avec tous ces inconnus et j'avais aussi très envie de partager mon expérience mais pourquoi dire haut et fort que nous avions vécu cette folle aventure d'un accouchement non-assisté à toute cette assemblée?

Alors je me suis posée cette question pourquoi parler à des inconnus d'une expérience si intime? Vouloir la partager n'est pas un peu aussi me priver d'une certaine intimité? Parce qu'une naissance c'est avant tout une histoire qui s'inscrit dans un couple, pour ma sage-femme c'est même "partie intégrante de la sexualité du couple", alors pourquoi en parler ainsi à une assemblée, sur un blog?
Sincèrement, je n'ai pas de réponse toute faite. Je pense que c'est en premier lieu l'envie de partager, de dire aux autre que ces naissances respectées, à la maison existent et sont possibles. C'est aussi parce que j'ai une vraie passion pour ces livres de témoignages qui m'ont aussi permis de me préparer à mes accouchements lors de mes grossesses. Et pour la naissance du petit asticot je crois qu'il y a aussi une pointe de fierté d'avoir "réussi" à mettre mon fils au monde seule (enfin sans sage-femme) avec mon SuperPater (même si cet exploit n'est que le fruit du lien de confiance qui s'est tissé en moi grâce à Jack qui sans cesse m'a répété que j'étais capable, comme a priori n'importe quelle femme, de mettre au monde mes bébés).

Cette réflexion ne s'était jamais posée à moi avant cette rencontre. Je ne regrette pas de faire partager mon expérience d'accouchement à domicile et de vie de mère mais il ne faut pas oublier que ces mots couchés sur papier ou écran d'ordinateur ne sont que ce que je veux bien partager !

3 commentaires:

  1. Je te rejoins complètement!
    Je ne le raconte pas à tout le monde non plus. Mais dans le contexte de la rencontre, avec des gens qui envisagent un AAD, j'avais envie qu'il sachent que ça pouvait arriver et qu'il faut y réfléchir quand on se lance dans l'aventure. Et mine de rien, on était quand même plusieurs dans la salle à qui c'était arrivé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de lire ton commentaire Rozenn! Oui, nous n'étions pas les seules à qui c'était arrivé!

      Supprimer
  2. Bon, je recommente puisque ça n'a pas marché la première fois. Mais oui, le cadre était propice à ce qu'on se livre avec plus ou moins de détails ;) et comme tu le précises bien, on ne livre que ce qu'on veut bien livrer. Ce qui m'a le plus interpellé, c'est cette dimension sexuelle de l'accouchement. A ce moment-là, ça questionne sur la présence même de la SF! on comprend mieux pourquoi pas mal de femmes accouchent sans SF ;) Personnellement, je dirai qu'au-delà de l'aspect sexuel, c'est plutôt l'aspect "animal" qui m'a interpellé dans mon accouchement. On est bien des mammifères ;)

    RépondreSupprimer