mardi 7 mai 2013

La douce vie tumultueuse avec deux enfants en bas âge

Ce n'est pas tous les jours faciles, entre les tétées (nombreuses), les explorations (nombreuses), les demandes de l'un puis de l'autre, il ne me reste guère de temps pour partager un peu de ma vie de jeune maman. 

Nous passons le cap "critique" des trois mois pour le p'tit mammifère, 3 mois, sans (presque) aucune nuit complète; ce n'est pas que je m'y attendais mais c'est une découverte et je constate que, comme n'importe quel être humain normalement constitué, se prendre trois mois dans les pattes sans vrai sommeil réparateur, ça use, ça m'use. Et aux grands maux, les grands remèdes; dormir était pour moi salvateur, j'ai donc pensé que je pourrai tirer un peu de lait (oui, cet allaitement exclusif fonctionne!) pour lui en mettre plein la panse à mon p'tit bébé ... vers 21h-22h et ô miracle, cette petite merveille ne se réveille qu'à 7h pour une nouvelle tétée. Voilà maintenant, presque une semaine que nous fonctionnons ainsi, je ne sais pas combien de temps cela durera, en tout cas, dormir ça permet d'être plus d'attaque pour les journées bien remplies que nous vivons.
Mon p'tit mammifère est un petit garçon qui a encore besoin de beaucoup de contact, que ce soit au sein, en écharpe, dans les bras ou simplement être avec lui sur son tapis, mais je le sens de plus en plus assuré et rassuré, c'est chouette, il est souriant et très communicatif. 
J'ai commencé depuis peu le massage bébé avec lui et, non, il n'aime pas, il adore, il "surkiffe", dès qu'il voit mes mains huileuses se rapprocher, c'est avec une large sourire qu'il me montre son accord pour commencer le massage. Nous passons de bons moments.

Pour ma Bienheureuse qui vient d'avoir 18 mois, le chemin de l'autonomie et de l'indépendance continue. Elle poursuit son aventure, ses expérimentations, sa curiosité ne cesse de grandir, sa volonté de s'affirmer, j'aime toujours autant sa personnalité. J'aime sincèrement, profondément sa manière d'être même si, ce n'est pas toujours facile en tant que parent. Je l'accompagne du mieux que je peux, dans tous ses changements qui sont nombreux en ce moment. 
Devenir grande sœur a été un bouleversement pour elle: une montagne de sensations et d'émotions que je me dois de vivre avec elle. En moins de temps qu'il n'en faut, elle a du apprendre à composer avec une maman collée dans son canapé avec un bébé au sein, elle a trouvé des solutions: jouer seule, venir bouquiner avec moi et aussi me monter quand elle en a vraiment marre que son frère prenne tous les bras de sa maman. 

Et pour moi, c'est le grand défi qu'il reste à relever: rétablir un équilibre dans la répartition du temps avec mes enfants:
Avec Bienheureuse, j'ai du accepter de passer moins de temps avec elle, et de faire en sorte que ces moments soit précieux pour chacune d'entre nous. Le temps, d'un bain, d'un massage, d'une histoire, d'une colère, d'une promenade, d'un câlin, le temps d'un instant, lui dire tout mon amour, mon attention, mon affection, ma tendresse, ma fatigue. Et elle est très réceptive à ces échanges, me le montre en me serrant fort dans ses petits bras, en me le dit en me chuchotant un "te t'aime" qui a fait fondre mon cœur de maman ;)

Quand à nous les parents, on a quand même l'impression que ça ne s'arrête jamais, on est crevés, heureux, on regarde nos merveilles avant tant de subjectivité que les autres ne comprendront jamais. On ne regrette pas ce choix d'avoir accueillis deux enfants en moins de 15 mois. Et comme dirait une certaine blogueuse "pour le moment qu'est ce qu'on se marre et on dormira plus tard" !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire