mercredi 6 novembre 2013

Partage de sommeil entre frère et soeur

Depuis donc une semaine, Bienheureuse et Petit M partagent la même chambre. Une toute petite semaine, il est encore difficile de tirer de vraies conclusions mais cet article, je l'écris avant tout pour moi, pour poser à plat tout ce que mes enfants sont capables de faire ou pas pour permettre à chaque couple parent et enfant de trouver un nouvel équilibre.

Ces 8 mois de chambre-lit-sommeil partagé avec Petit M n'ont pas toujours été de tout repos mais cela n'a pas été non plus si difficile. Car avant l'eczéma petit M était un petit bébé comme tous les autres, qui se réveillait le nuit pour téter et qui se rendormait sitôt l'estomac rempli. Avec le recul, nous avons passé 5 mois avec un sommeil irrégulier, entre ses 3 et 8 mois, parce qu'il était dérangé par des grattements et aussi et surtout un grand besoin d'être rassuré de sentir notre présence. Petit M est désormais un bébé épanoui, rassuré et à l'écoute de son besoin de sommeil et qui s'y plonge avec délice, si, si il aime lorsque je lui enfile sa turbulette, adore mettre sa tétine en bouche et apprécie grandement d'être allongé ! Ayant toutes les cartes en main, était venu le temps de réunir les enfants dans la même chambre et que nous, parents, retrouvions notre chambre.

Jeudi dernier, branle-bas de combat dans la maison. Les loustics sont avec leur grand-mère, leur Zazou, à la maison observant d'un coin de l’œil tout ce grand déménagement.

Première nuit, premier rituel du coucher en commun. Deux histoires pour Bienheureuse, un pour petit M, des gros câlins, une berceuse arrangée sur le tas pour que chacun de leur prénom y soit chanté et au lit ! On ferme la porte et on écoute, ça discute, ils s'appellent, rigolent (nous aussi), on les laisse faire connaissance dans cette nouvelle ambiance. Puis les rires se transforment en pleurs pour l'un, en cris de réaction pour l'autre. Heu, qu'est qu'on fait ??? Loin d'imaginer que tout coulerait de source. Pater reste avec Bienheureuse dans sa chambre en lui expliquant que son petit frère a besoin d'être rassuré. Moi, je reprends mon petit bébé, qui tout énervé de ne pas trouver son sommeil aussi simplement que d'habitude s'agit et pleure et pleure et pleure. Je retrouve donc avec lui, nos "anciennes" habitudes: le fauteuil à bascule, d'énormes câlins et il finit par s'endormir dans mes bras. Sa sœur dans son lit. Je dépose petit M dans son lit près de Bienheureuse et la nuit se passe ... sans réveil ! WAOUH ! On se dit que c'est facile en fait !
Deuxième jour, je ne sens pas encore petit M suffisant bien dans cette nouvelle ambiance pour qu'il s'y endorme seul alors que ce soit pour la sieste ou pour le coucher du soir, je l'endors soit dans mes bras dans la chambre des enfants ou soit je le pose pour qu'il s’endorme dans notre lit  avant de l'installer dans le sien.
Jour 3, c'est l'après-midi, après deux nuits où l'on dort bien tous les 4, je décide de tenter de coucher petit M en même temps que sa sœur pour la sieste. Et ô miracle en 5 minutes, tout le monde dort. Là, on est juste super heureux et on se dit que c'est gagné !

Mais, c'est sans compter sur le caractère parfois comique que révèle par certaines situations nos enfants.

Ma mémoire a volontairement oublié quand nous avons eu un "trou de nuit", un trou de réveil dans notre sommeil, où à tour de rôle les enfants se sont réveillés entre 3h30 et 6h. Une nuit où nous avons oublié tout ce que nos deux loustics avaient été capable de faire jusqu'alors. Une nuit où te traverse l'idée que tu ne passeras plus jamais de nuit complète. Et j’exagère à peine, on en couchait un avec nous ou dans son lit que l'autre se réveillait systématiquement.... Puis retour à la (presque) normale.

Depuis le début de la semaine, les enfants s'endorment ensemble dans la chambre, Petit M semble s'être accommodé aux coutumes de sa sœur qui chante et parle avant de s'endormir. Bienheureuse commence à rester au lit alors que son frère se lève aux aurores. Il y a des réveils, parfois, le soir, ou la nuit ou tôt, trop tôt le matin, mais ce n'est pas quotidien et ça ne dure pas. Bienheureuse se réveille parce qu'en plein apprentissage de la propreté, se réveille parce qu'elle sent une couche trop pleine ou une envie de pipi et Petit M parce qu'il a perdu cette fichue tétine...

Je suis très fière des enfants, admirative de leur capacité d'adaptation. Ils sont forts ces petits ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire